Le Fief du Dragon Diplomate

Le site du Fief du Dragon Diplomate, association de jeux - La Roche sur Yon, Vendée
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Journal du chercheur de Zombies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gortard
Sergent Gob
Sergent Gob


Age : 47
Localisation : fief de campagne sous les arbres
Date d'inscription : 01/04/2007
Nombre de messages : 164

MessageSujet: Journal du chercheur de Zombies   Mer 2 Mar 2016 - 10:37

Extraits du journal de  Mérieux ;


16 mars 1982
5 ans déjà que l'on travaille sur la régénération cellulaire. Les résultats sont prometteurs. L’ablation tissulaire se régénère en quelques jours sur des surface inférieures au centimètre on bloque seulement sur la méthylation des gènes homéotiques en fonction de la distance cumulée à la cellule mère. Les promoteurs CDX1 et CDX2 nous posent problème. La cancérisation qui se libère de ces problèmes ne nous apporte pas de réponse, la méthilation semble la même mais aucune réponse de ralentissement de la prolifération


22 juin 1993
Nous avons trouvé plusieurs cas cliniques très intéressant, d'une façon inattendu, un stagiaire en voulant rédiger son rapport et en faisant du copier collé, a introduit dans son texte une description clinique de cas étudiés par le docteur Schnabel. C'est incroyable il décrit dès le 15ieme siècle des cas de régénération tissulaire de membre sur des malade de la peste bubonique.

23 mai 1994
La piste Scnabel est incroyable lui et son ordre de corbeau ont été très loin dans l'analyse du phénomène, quel dommage qu'il n'ai pas eu connaissance de la génétique , je rêve de rencontrer Schnabel. Quel dommage toutes ces opportunité perdue quel dommage qu'il n'y ai pas d'épidémie de peste. Les cas sont trop rare pour qu'on ai la chance de voir la régénération se produire.

12 janvier 1996
Le groupe Begberger nous aide au delà de mes espérances. L’inoculation est a une étape cruciale nous avons dépassé les 50000 doses ans. Ils ont une logistique incroyable et arrivent a transformer nos échecs en mort classique de cancer.il a fallu plusieurs millions de cas a Schnabel pour isoler quels cas, j'espère que nous auront de la chance.

8 avril 2000
6 ans que l'on tourne en rond plus d'un million de cas cumulé et rien, rien. On fait fausse route. Il doit y avoir une autre solution. Il faut qu'il y ai une autre solution.je vieilli la fin est proche et mes capacités se limitent. Je ne peu échouer maintenant.

30 juin 2007
Voilà les financiers nous ont lâché, on ne vie plus que sur fond propre. Le projet est à l’arrêt.Si prêt du but, le corbeau en savait plus que nous quelle malchance 2,5 millions de cas et rien quel gâchis.

16 mai 2008
nous en avons un , c'est inattendu c'est par les archives qu'on l'a trouvé. Schnabel  avait réfléchit a tout il en a laissé un accessible il fallait juste lire les textes. Dans un monastère à Lyon a quelques kilomètres depuis tout ce temps si proche.


9 juillet 2008
Incroyable ont a rapidement transmit la maladie a trois autres. Leur salive est très contagieuse. Le sang aussi. Par contre l'air ne semble pas transmettre. L'essai d'antibiotique mononucléique à engendré une croissance subite. Rien n'a semblé l’arrêter. Par contre impossible de limiter la dégénérescence nerveuse ils sont virtuellement immortel mais bestial et agressif. Ils ont très peu besoin de nourriture mais sont obsédés par mordre leurs congénères.

Janvier 2009
Je vais devenir fou, on a tout sous la main et impossible de bloquer la dégénérescence neurologique.
Je ne veux pas mourir avant de trouver. La grippe aviaire est peut être la solution. Sa capacité a bloquer l'oxydation des complexes méthyles, devrait pouvoir bloquer l'action sur les neurones.

Février 2009
C'est un demi succès, ils ont un comportement plus rationnel, moins brutal mais ils restent encore agressif et bestial. Même les néo-contaminés sont atteint mais une organisation semble se faire jour dans le groupe. Le grand mâle semble diriger.

Avril 2009
On a identifié un langage. Ils communiquent !!! bon ça reste très simple mais les cris donnent des signaux.
les animaux ne sont pas affectés. Et on n'arrive pas a protéger les cellules nerveuses.

7 janvier 2010
On avance plus, aucun progrès notable depuis quelques mois. Les autorités sont devenues suspicieuses. C'est le troisième contrôle en quelques mois.


8 août 2010
Paul c'est échappé, je ne comprends pas comment il a fait. Il a du avoir une aide extérieure. Qui a pu faire ça et pourquoi ? On a été obligé de les transférer dans la cathédrale de fer, ils hurlent, impossible d’empêcher le son d’être audible a l'extérieur.

9 août 2010
depuis qu'ils sont dans la cathédrale tout est plus calme, il faut que l'on retrouve Paul. Je n'ose pas prévenir les autorités.

2 septembre 2010
C'est la catastrophe, Paul a contaminé des oiseaux, ils sont porteurs sains.Des cas 1 sont décrits dans  toute l’Europe de l'ouest le réseau OMS décrit 12 cas de maladie. Ils ne semblent pas s'affoler. Nos expérience l'ont rendu résistante a presque tout.On essai de trouver un antibiotique je mobilise tout le monde. Si on arrive avec le moyen de lutter alors les autorités vont nous écouter.


Dernière édition par Gortard le Mer 2 Mar 2016 - 11:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gortard
Sergent Gob
Sergent Gob


Age : 47
Localisation : fief de campagne sous les arbres
Date d'inscription : 01/04/2007
Nombre de messages : 164

MessageSujet: et les documents annexes sur le bureau   Mer 2 Mar 2016 - 11:29

Lorsqu’on lit cet extrait, on se demande aussitôt en quelle langue il s’exprime . Certains éléments font penser à des langues connues ou semblent directement issus de celles-ci : on reconnaît le latin – ici transcrit en capitales –, l’italien – en italique –, l’espagnol – en gras –, le provençal – souligné – et des dialectes italiens – en italique gras –.
L’extrait s’ouvre sur une forme que nous sommes tentée d’analyser comme un impératif à la seconde personne du pluriel – « penitenziagite » – en raison de la terminaison en –ite propre aussi bien au latin qu’à l’italien. S’ensuivent plusieurs exclamations ou lamentations. La langue dans laquelle est écrit ce texte est clairement influencée par le latin, langue prédominante dans un milieu ecclésiastique comme celui du roman ; nous remarquons également la présence de quelques langues romanes mêlées à leur langue mère et ne se différenciant pas toujours de façon très nette. En effet, certaines constructions semblent illustrer parfaitement ce que l’on appelle les interférences linguistiques comme le premier terme « penitenziagite ». Ou bien encore des alternances codiques comme dans « et aqui se magna et se priega dominum nostrum » : le lecteur reconnaître le latin dans « et » et « dominum nostrum », l’espagnol dans « aqui » – que l’accent graphique manque – et « se », une forme dialectale, romaine par exemple, dans « magna ; quant à « priega », cela semble une interférence de l’italien « prega » avec une diphtongaison à l’espagnole.


[…] Non saprei dire […] che genere di lingua egli parlasse. Non era il latino, in cui ci esprimevamo tra uomini di lettere all’abbazia, non era il volgare di quelle terre, né altro volgare che mai avessi udito. […] Quando più tardi appresi della sua vita avventurosa e dei vari luoghi in cui era vissuto, […], mi resi conto che Salvatore parlava tutte le lingue, e nessuna. Ovvero si era inventata una lingua propria che usava i lacerti delle lingue con cui era entrato in contatto – e una volta pensai che la sua fosse, non la lingua adamica che l’umanità felice aveva parlato, tutti uniti da una sola favella dalle origini del mondo sino alla torre di Babele, e nemmeno una delle lingue sorte dopo il funesto evento delle loro divisione, ma proprio la lingua babelica del primo giorno dopo il castigo divino, la lingua della confusione primeva. Né d’altra parte potrei chiamare lingua la favella di Salvatore, perché in ogni lingua umana vi sono delle regole e ogni termine significa ad placitum una cosa, secondo una legge che non muta, perché l’uomo non può chiamare il cane una volta cane e una volta gatto […]. E tuttavia, bene o male, io capivo cosa Salvatore volesse intendere, e così gli altri. Segno che egli parlava non una, ma tutte le lingue, nessuna nel modo giusto, prendendo le sue parole ora dall’una ora dall’altra. Mi avvidi pure in seguito che egli poteva nominare una cosa ora in latino ora in provenzale, e mi resi conto che, più che inventare le proprie frasi, egli usava disiecta membra di altre frasi. Udite un giorno, a seconda della situazione e delle cose che voleva dire […]. Era come se la sua favella fosse quale la sua faccia, messa insieme con pezzi di faccie altrui […]. (ECO, 1986, 54-55).

Nous sommes ici devant ce que certains nomment une « interlangue ». Selon Georges Mounin, l’interlangue se définit principalement comme :

A. Langue artificielle, construite a posteriori à partir des traits communs d’un ensemble de langues naturelles, et utilisée comme véhicule de communication internationale […].
Ce type de langue auxiliaire, de conception récente, est à distinguer d’un autre type, plus ancien, dont les langues sont construites sur le modèle schématisé d’une ou plusieurs langues naturelles, au moyen de structures logiques tendant à n’admettre aucune exception : l’Esperanto, 1887.

Pénitenziagité ! Voye quand dracon venturus est pour la ronger ton âme ! La mortz est super nos ! Prie que vient le pape saint pour libérer nos a malo de todas les péchés ! Ah ! ah ! vous plaît ista nécromancie de Domini Nostri Iesu Christi ! Et même jois m’es dols et plazer m’es dolors… Cave el diabolo ! Semper il me guette en quelque coin pour me planter les dents dans les talons. Mais Salvatore non est insipiens ! Bonum monasterium, et aqui on baffre et on prie dominum nostrum. Et el reste valet une queue de cerise. Et amen. No ? (ECO, 1982, 54-55).

En français, tout comme en espagnol, outre le fait que certains mots restent inchangés – mots en gras –, le traducteur se permet une modification graphique dans le premier terme de l’extrait. En effet, il rajoute deux accents afin que le lecteur, appliquant les règles de la phonétique française, prononce le mot à peu près comme le feraient un Italien ou un Espagnol. Les principales modifications dans cet extrait se remarquent dans l’emploi des verbes « voye » pour « vide », « la ronger » pour « rodegarla » avec une proclise en français et une enclise en italien, « prie » pour « prega », « vient » pour « vene », « il me guette » pour « m’aguaita », « pour me planter les dents » explicite « per adentarme » et la forme argotique « on baffre » pour « se magna » (COLIN & MÉVEL, 1990, s.v. bâfrer, 28). Dans le cas de « a liberar nos » qui devient « pour libérer nos » l’inversion nécessaire entre le verbe et le complément pour arriver à un français « correct » pour le lecteur ne s’est pas faite, nous n’avons pas « pour nous libérer ».
Alors que dans certains cas Jean-Noël Schifano a choisi de garder le texte intégral de départ comme dans « venturus est », « la mortz est super nos ! », « a malo de todas », « Ah ! ah ! », « de Domini Nostri Iesu Christi ! », « jois m’es dols », « plazer m’es dolors… Cave il diabolo ! Semper », « et aqui » etc… ou bien s’est permis d’adapter le texte dans la langue de ses lecteurs comme dans « quand », « pour la ronger ton âme ! », « Prie que vient le pape saint pour libérer », « les péchés ! », « vous plaît », « et même », « il me guette en quelque coin pour me planter les dents dans les talons. », « on baffre et on prie », dans d’autres cas il n’hésite pas à proposer des équivalences qui seront très probablement perçues par le lecteur de la même façon que le lecteur Italien avait compris l’expression en question. Il s’agit de l’une des dernières phrases : « Et el resto valet un figo seco » qui devient « Et el reste valet une queue de cerise », expression populaire. Schifano propose là aussi une image basée sur un fruit, de petite taille, et plus particulièrement sur une partie du fruit qui n’a aucune valeur : la queue de la cerise. En italien, la situation est très ressemblante puisqu’une figue sur une branche ayant dépassé les quelques jours souhaitables pour sa cueillette deviendra sèche et immangeable, donc sans valeur.

Penitenziagite VIDE QUANDO draco VENTURUS EST a rodegarla l’animatua! La mortz est SUPER NOS! Prega che vene lo papa santo a liberar nos A MALO de todas le peccata! Ah ah, ve piase ista negromanzia de Domini Nostri Iesu Christi! Et anco jois m’es dols e plazer m’es dolors... CAVE el diabolo! SEMPER m’aguaita in qualchecanto per adentarme le carcagna. Ma Salvatore NON EST INSIPIENS! BONUM MONASTERIUM, et aqui se magna et se priega DOMINUM NOSTRUM. Et el resto VALET un figo seco. ET AMEN. No? (ECO, 2007, 54).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
alx85
Fanatique Gob
Fanatique Gob
avatar

Age : 40
Date d'inscription : 05/04/2011
Nombre de messages : 299

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Mer 2 Mar 2016 - 14:42

bounce bounce bounce
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kem
Sergent Gob
Sergent Gob
avatar

Age : 34
Localisation : Jamais vraiment quand on s'y attend, mais toujours
Date d'inscription : 06/11/2015
Nombre de messages : 174

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 13:34

Hmm ... Ça met l'eau à la bouche, tout ça ...
J'ai hâte de lire vos résumés de parties ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alx85
Fanatique Gob
Fanatique Gob
avatar

Age : 40
Date d'inscription : 05/04/2011
Nombre de messages : 299

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 13:51

Euhhhh, alors, euhhhhh, pour les résumés....
Disons que cette table n'excelle pas vraiment dans cet exercice... Nous sommes BEAUCOUP trop modestes pour ça.... Pi si on racontait à chaque fois que l'on sauve l'univers, nous serions BEAUCOUP trop sollicités... Non, nous, on fait ça dans l'ombre, on reste humble, petit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gortard
Sergent Gob
Sergent Gob


Age : 47
Localisation : fief de campagne sous les arbres
Date d'inscription : 01/04/2007
Nombre de messages : 164

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 14:14

La partie journal est de moi entièrement , les commentaires sur le texte d'imberto eco est d'un linguiste distingue que j'ai modifié et adapté ☺️☺️☺️ J'ai pas tout écrit du second texte. Le résumé de la partie est en cours sous forme de nouvelle. La suite arrive . Soon help us comming soon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kem
Sergent Gob
Sergent Gob
avatar

Age : 34
Localisation : Jamais vraiment quand on s'y attend, mais toujours
Date d'inscription : 06/11/2015
Nombre de messages : 174

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 15:35

Jamais demander d'aide sur un écrit, c'est dangereux : demande à Donar et David ^_^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alx85
Fanatique Gob
Fanatique Gob
avatar

Age : 40
Date d'inscription : 05/04/2011
Nombre de messages : 299

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 15:43

Mais c'est pas lui qui attend de l'aide.... C'EST NOUSSSSSS!!!! affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kem
Sergent Gob
Sergent Gob
avatar

Age : 34
Localisation : Jamais vraiment quand on s'y attend, mais toujours
Date d'inscription : 06/11/2015
Nombre de messages : 174

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Jeu 3 Mar 2016 - 18:21

Ha !
Flute !
Du coup je ne peux que vous envoyer des ondes positives de réussites critiques XD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
alx85
Fanatique Gob
Fanatique Gob
avatar

Age : 40
Date d'inscription : 05/04/2011
Nombre de messages : 299

MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   Ven 4 Mar 2016 - 9:42

On prend! Merci!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Journal du chercheur de Zombies   

Revenir en haut Aller en bas
 
Journal du chercheur de Zombies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Azov ou le journal d'un patriote.
» Brève du Journal Officiel du Donjon.
» Zombies - pour des soirées mortelles !
» TEST megadrive ZOMBIES (grand barbare)
» Journal d'un paysan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Fief du Dragon Diplomate :: L'antre de la Bête - La vie de l'asso :: Jeux de rôle-
Sauter vers: